CC-IN2P3


Partenaires








Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

Centre de Calcul IN2P3/CNRS
21 Avenue Pierre de Coubertin
CS70202
69627 VILLEURBANNE cedex
Tél. : +33 (0) 4 78 93 08 80
Fax : +33 (0) 4 72 69 41 70


Accueil du site > Actualités > A la Une > 20 ans du web

20 ans du web

Le CERN remet en ligne le premier site web

Maj : 3 mai 2013

En 1992, le Centre de Calcul de l’IN2P3 hébergeait le premier site web français.

L ?anecdote veut que Wojciech Wojcik, alors informaticien au Centre de Calcul de l ?IN2P3/CNRS, revient du CERN avec la technologie du Web sous le bras et commence à s ?y intéresser en mettant en place avec son collègue Daniel Charnay, le premier serveur web français : http://info.in2p3.fr. Le premier site internet français et le quatrième mondial est né, avant même celui du CNRS !

Wojciech Wojcik raconte ainsi : « Au début des années 90, je travaillais déjà avec le CERN et connaissais depuis longtemps Tim Berners-Lee. En septembre 1992, Tim et Robert Cailliau ont participé à la conférence CHEP (Computing in High Energy and Nuclear Physics), organisée cette année-là à Annecy, conjointement par le CERN et l ?IN2P3. J ?étais d ?ailleurs l ?un des organisateurs. A cette occasion, ils nous ont fait une démonstration de leur invention sur une machine NeXT. On avait justement plusieurs stations NeXT et deux serveurs NeXt au CC-IN2P3... Quelques semaines plus tard, on installait avec Daniel Charnay le premier serveur web français, le fameux info.in2p3.fr, dont l ?adresse est inspirée de celui du CERN, info.cern.ch. On avait alors environ une centaine de connexions par jour. »

Le site comportait à l ?origine des informations sur l ?IN2P3 présentées de manière sommaire : coordonnées, annuaire des laboratoires, etc. Le contenu a ensuite été progressivement amélioré, en profitant du développement des technologies appliquées au web.

En photo, Wojciech Wojcik devant la machine Next, la même que celle de Tim Berners-Lee au CERN, sur laquelle a tourné le site.

Le site du cern : http://info.cern.ch.

 A lire dans cette rubrique :   publié en 2013