CC-IN2P3


Partenaires








Search

On this website

On the whole CNRS Web

Centre de Calcul IN2P3/CNRS
21 Avenue Pierre de Coubertin
CS70202
69627 VILLEURBANNE cedex
Tél. : +33 (0) 4 78 93 08 80
Fax : +33 (0) 4 72 69 41 70


Home page > Actualités > A la Une > Le Centre de Calcul de l’IN2P3 double sa puissance avec une ferme de serveurs NEC "prête à l’emploi"

Le Centre de Calcul de l’IN2P3 double sa puissance avec une ferme de serveurs NEC "prête à l’emploi"

Maj : 16 mars 2005

"Avec une exploitation de plus de 800 machines, le Centre de Calcul de l’IN2P3 (Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules - CNRS) se plaçait déjà dans le classement prestigieux des 500 plus grandes fermes de calcul au monde.

Mais, contraint d’étendre son parc informatique afin de répondre aux besoins de ses clients utilisateurs, le CC-IN2P3 n’allait pas s’arrêter en si bon chemin. 320 serveurs NEC Express5800/120Re-1 intégrant la technologie Bi-Xeon EM64T ont donc nouvellement rejoint la ferme du CC-IN2P3, et lui permettent aujourd’hui de doubler sa puissance de calcul.

Le Centre de Calcul de l’IN2P3, qui a pour mission première de fournir les moyens de calcul et de stockage de données aux physiciens de l’Institut, met aujourd’hui à disposition de sa communauté scientifique près de 1.5 Million de SpecInt 2000. Plus de 2000 jobs sont ainsi susceptibles de tourner simultanément sur ses serveurs, une performance au niveau national.

Autre challenge accompli par le CC-IN2P3 grâce à l’arrivée des serveurs NEC Express5800 : il tient, avant l’heure, ses engagements CPU pris dans le cadre du projet EGEE (Enabling Grids for E-science in Europe) , et se hisse au 5e rang des plus gros centres de calcul, sur les 90 impliqués dans le déploiement de l’infrastructure de cette grille pluridisciplinaire, disponible partout en Europe, 24 heures sur 24.

Serveurs biprocesseurs 1U dont le format en rack permet un encombrement au sol minimum, les machines NEC sont exploitées sous SL3 (Scientific Linux v3), choisi « pour la stabilité de sa plateforme, l’étendue de son support, ses nombreux correctifs, mais aussi... pour son coût » selon Xavier Canehan, administrateur système au CC-IN2P3.

Les serveurs NEC, comme l’ensemble des serveurs de la ferme du centre, font tourner des applications non commerciales, gérées en interne et largement orientées calcul scientifique à haute performance, et ont intégré la couche middleware permettant la soumission de tâches via la grille [...]"

Pour lire l’intégralité du communiqué de presse, cliquer ici.

 A lire dans cette rubrique :   publié en 2005