Vous avez dit patrimoine informatique ?

Cristal collectif du CNRS
3 novembre 2022
Le CC-IN2P3 a connu une forte affluence samedi 16 septembre, lors de sa première participation aux Journées Européennes du Patrimoine. Près de 900 personnes ont parcouru les allées du centre pour découvrir ses salles informatiques, son musée et les autres animations spécifiquement développées pour l’occasion. Une première participation encourageante surtout lorsque l’on connait l’investissement du Centre de Calcul en matière de conservation et de valorisation de son patrimoine informatique depuis plusieurs années.

Dès 2011, le CC-IN2P3 s’est en effet engagé dans cette voie avec la création d’un musée de l’informatique, une des rares initiatives de ce type en France. Visité par plusieurs centaines de personnes par an, uniquement lors de visites guidées et privées, cet espace est devenu au fil du temps un élément central de la politique de médiation du centre. Celle-ci a pour objectif de rappeler le rôle grandissant de l’informatique dans les expériences de physique et d’expliquer les concepts de base du numérique à un public souvent plus intéressé par ses applications que par son fonctionnement. Elle a également vocation à montrer la diversité des métiers informatiques au CNRS dans un marché de l’emploi très concurrentiel.

Au travers d’une exposition permanente, ce musée présente l’évolution des matériels et des techniques informatiques dédiés à la science et comment les besoins des physiciens ont propulsé le développement de technologies nouvelles, aujourd’hui largement répandues. La plus connue est certainement le web, né au CERN pour répondre au besoin de partage d’informations des physiciens dispersés sur toute la planète. Parmi les pièces phare de la collection du musée, on retrouve l’ordinateur NeXTcube sur lequel le CC-IN2P3 a installé le premier site web français en 1992 ! Ces journées du patrimoine étaient d’ailleurs l’occasion de découvrir une exposition sur le sujet et d’échanger avec Daniel Charnay qui, aux côtés de notre collègue Wojciech Wojcik, a participé à la naissance du web en France.

Le CC-IN2P3 développe aujourd’hui des partenariats avec d’autres entités pour que le patrimoine informatique français, et celui du CNRS en particulier, ne tombe pas dans l’oubli. Le public a par exemple découvert le CHADAC, un micro-ordinateur sorti tout droit du Laboratoire de physique nucléaire et de hautes énergies (CNRS, Sorbonne Université et Université Paris Cité), dès 1982, pendant l’âge d’or de la microinformatique. Récupéré pour être conservé et mis en valeur, il a rejoint la collection du musée de l’informatique du CC-IN2P3 en juillet dernier. Pierre-Eric Mounier-Kuhn, historien du CNRS, et Damien Boureille, membre de l’association ACONIT, étaient également présents lors de cette journée pour apporter un éclairage historique à l’évolution des techniques au travers d’une passionnante conférence à deux voix.

Le succès de cette première participation aux journées européennes du patrimoine a en tout cas démontré l’engouement du public pour le patrimoine informatique et son histoire. Un engouement qui semble aller dans le sens d’initiatives telles que celle de MINF « Pour un Musée Informatique en France » visant à, peut-être un jour, faire naître un grand musée de l’informatique en France.